Ce lundi a eu lieu l’hommage à Samuel Paty, mort parce qu’il enseignait, parce qu’il aimait transmettre, réfléchir et faire réfléchir, là où de faux prêcheurs sèment l’ignorance et la mort. Comme nos compatriotes, nous avons ces derniers jours été profondément choqués par les récents attentats. Ces drames nous ont rappelé qu’en 2020, en France, enseigner la liberté d’expression ou pratiquer sa religion peut coûter la vie. Nous souhaitons donc ici lui rendre hommage et appeler l’ensemble de la nation à un débat respectueux et raisonné, tout en condamnant sans aucune réserve l’horreur de l’islamisme radical.

115 ans après la grande loi de 1905, le lâche assassinat de ce professeur révèle que la laïcité est toujours à conquérir. L’école publique doit précisément être lieu du libre examen rationnel de toutes les croyances, où l’émancipation s’acquiert par le savoir, où la diversité est le ferment d’un idéal commun.

L’assassinat de Samuel Paty appelle donc à des réponses fermes pour lutter résolument contre tout atteinte à l’ordre républicain et à nos principes acquis de hautes luttes. Mais lutter efficacement et durablement contre l’islam radical suppose également un débat éclairé. Or nous constatons aussi depuis plusieurs jours que les réactions de certains commentateurs ne sont ni respectueuses, ni raisonnées. Où est la République lorsque des responsables politiques se permettent des amalgames indécents ? Où est la République lorsque des responsables politiques ciblent injustement la “communauté” dont est issu le terroriste ? Où est la République lorsque toute forme de nuance — non pas envers l’horreur de cet attentat mais de l’excès de certains discours politiques — est taxée de complaisance voire de collaboration avec ses ennemis ? Loin de rassembler contre l’ennemi redoutable qu’est l’islamisme, cette surenchère d’amalgames ne fait que monter les Français les uns contre les autres.

Nous, enfants de la République, bercés de ses valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité, refusons avec vigueur d’adhérer à ce faux combat de civilisations. Sombrer dans le repli sur soi et le rejet de l’autre, abandonner les musulmans républicains de ce pays à toutes les injustices ne servira au final que les ennemis de la République. L’islam radical, d’une part, que nous devons tous ensemble condamner et combattre jusqu’à son anéantissement, et d’autre part les extrêmes xénophobes et racistes qui usurpent l’habit républicain pour répandre leur haine et fracturer la société française. Face à ces menaces croisées, l’école doit une fois de plus constituer le premier bastion de la République en enseignant librement et sans tabous nos valeurs fondamentales.

Nous avons tous ressenti une immense colère devant l’assassinat de cet enseignant. Mais ne laissons pas cette colère se transformer en haine. Nos ennemis, en tuant Samuel Paty, ont voulu imposer l’aveuglement, la pensée unique, l’interdiction de remettre en cause. Ne leur donnons pas cette victoire ! Prenons le temps de réfléchir, de nuancer, de nous écouter, d’établir les faits et de rester justes, sans jamais faire de compromis ni se compromettre avec les ennemis de la République. Aujourd’hui, il nous faut être forts. Il nous faut savoir surmonter l’émotion et la colère pour apporter à cette barbarie une réponse républicaine qui fasse honneur à nos valeurs. Ce n’est que par la réflexion et l’unité que la République triomphera.

En tant que jeunes engagés, nous souhaitons nous mobiliser pour les valeurs de la République, les décliner concrètement dans nos villes et nos villages et faire vivre les Lumières comme autant de flammes du savoir contre l’obscurantisme.

Liste des signataires :
Rémi CARDON — plus jeune Sénateur de la Ve République
Hugo BIOLLEY — plus jeune Maire de France
Mélina ELSHOUD — conseillère départementale de la Sarthe
Dorian DREUIL — auteur du livre « Plaidoyer pour l’engagement citoyen, le regard d’un humanitaire »
Mahjoub MAIRECHE — fondateur du média Direct Citoyens
Victor LAVOLÉ — co-fondateur de l’Association des Jeunes élus de France
Pierre-Jean CLAUSSE — fondateur de Génération Maastricht
Antonin MAHÉ — co-fondateur de l’Association des Jeunes élus de France
Cassandre MÉTAYER — conseillère municipale Déléguée et communautaire
Benjamin HUIN-MORALES — 1er adjoint au maire de Zimmerbach
Jules CHAMOUX — adjoint au maire du Vigan et vice-président de la communauté de communes du pays viganais
Gaëtan BOUÉ — 7ème adjoint au maire de Levroux
Thomas HALBERSTADT — conseiller municipal délégué de Mézières-sur-Seine
Gwendal LECOINTRE — conseiller municipal de Saint-Broladre
Malo TRICCA — conseiller municipal de Soucieu-en-Jarrest
Benjamin DURAND — conseiller municipal de Fatouville-Grestain
Guillaume LOUIS — conseiller municipal de Pabu
Alex CHARPENTIER — conseiller municipal de Bourges
Flavien Cartier — conseiller municipal de Pleumartin
Florian TORTELLIER — conseiller municipal de Bégard
Ali LADROUZ — élève en classe préparatoire au lycée Chaptal
Sérine IDRISSI — étudiante à la Sorbonne
Clara de MORDREUC — étudiante à Science Po Paris
Sophia CIANFARANI — élève en classe préparatoire au lycée Henri IV
Héloïse RIDEAU — élève au lycée Gustave Eiffel à Bordeaux

L’association des élus de 18 à 30 ans